Pour sa seconde conférence de l’année, Le Vent se Lève – Sciences Po Lyon a accueilli, jeudi 10 octobre dernier, l’historien du droit Thomas Branthôme.

Co-auteur d’une Histoire de la République en France, c’est autour du terme «  rallumer  » qu’il a choisi d’axer son propos : comment redonner à la République toute sa force, dans notre société actuelle ? Le cycle annuel de conférences organisé par l’association Le Vent se Lève – Sciences Po Lyon se poursuit. Après une première conférence consacrée à la thématique «  Injustices et Inégalités face à l’Impôt  », c’est un sujet plus politique qui a été choisi pour la seconde rencontre de l’année : «  Rallumer la République  ». Et pour animer une conférence sur cette thématique, quoi de mieux que d’accueillir un spécialiste de la question, co-auteur d’une somme sur l’histoire de la République en France : Thomas Branthôme.

 

Reprendre la République en charge

C’est avec une interrogation simple mais centrale pour son propos que Thomas Branthôme a inauguré cette conférence : Rallumer la République, cela suppose-t-il que celle-ci soit éteinte ? Thomas Branthôme pose tout de suite le problème qui est celui de la notion de République dans notre société actuelle : sa performativité. A savoir qu’une partie de la population ne reconnaît pas ou ne se reconnaît plus dans les principes fondamentaux de la République, à savoir la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ». Un constat que Branthôme a formé au gré de ses interventions publiques, mais également de ses recherches au moment de la rédaction de son ouvrage sur l’histoire de la République. Branthôme explique que les Français adhèrent aux principes de la République, mais ne pensent plus que ceux-ci soient appliqués dans notre société actuelle : c’est principalement la hausse des inégalités socio-économiques qui est en cause, car on peut avoir le sentiment que la loi ne vise plus l’intérêt général, fondement de la République. Pour y remédier, Thomas Branthôme propose à celles et ceux qui aiment la République de la «  reprendre en main  » : la ramener à son essence sociale et démocratique, en brisant les résistances et les antagonismes entre les membres de la société française. Pour clôturer son propos et illustrer cet argument, Thomas Branthôme est revenu sur la notion de «  mystique républicaine  », en s’appuyant sur les événements des années 2010 : les rassemblements populaires Place de la République suite aux attentats de 2015 et la célébration de la victoire des Bleus sur les Champs-Elysées, le 15 juillet 2018.

 

De nombreux échanges avec le public

Au terme de son intervention, qui a duré près de 45 minutes, Thomas Branthôme s’est prêté à l’exercice des questions du public. Des questions qui ont permis à l’auditoire d’approfondir la réflexion apportée, avec des reprises pertinentes sur les idées exposées lors de son intervention, mais également des liens effectués avec l’Histoire de la République, dont il est le co-auteur. L’une des questions de l’assistance a notamment porté sur la typologie des sensibilités républicaines que Branthôme fait dans son ouvrage : libérale, jacobine, plébéienne et conservatrice. Une occasion pour l’historien du droit de revenir sur cette distinction afin de l’expliquer en détail et de permettre au public de comprendre cette idée au coeur de son Histoire de la République en France. Comprendre qu’il n’y a pas une «  République  », mais des sensibilités républicaines, est également un retour historique utile pour comprendre les clivages à l’oeuvre dans la société française actuelle, autour de la conception républicaine.

 

 

Thomas Branthôme, spécialiste du droit et de la question républicaine en France

Maître de conférences en histoire du droit à l’Université Paris-Descartes, Thomas Branthôme a soutenu en 2013 une thèse sur les libertés sociales : La Genèse des Libertés Sociales. Le droit de s’associer face à l’impératif d’ordre. C’est suite à cette thèse qu’il décide se lancer dans la rédaction d’une Histoire de la République en France. Un travail de cinq années, réalisé en commun avec un autre professeur de droit, spécialiste de la question républicaine en France, Jacques de Saint-Victor. Publié en 2018, l‘ouvrage Histoire de la République en France – Des origines à la Ve République, retrace l’évolution de l’idée républicaine en France : de sa naissance, à la distinction des différents courants qui lui sont associés et leurs mutations dans l’histoire, cet ouvrage est le premier de son genre à présenter une histoire complète et détaillé de la République en France.

 

Page Facebook de l’assocation LVSL-SPL : https://www.facebook.com/lvslmediaSPLyon/?__tn__=%2Cd%2CP-R&eid=ARAOFh1MVk6PX1TOU8NbzKdXGcbWM46D_4rA_29tbLvv-XP1_ZboP83AY6CVPnwYS0lvVvNd8YTv_9Q7

%d blogueurs aiment cette page :