Sélectionner une page

Crédit photo : Anaximandredecarie (licence CC).

 « À la suite des propos que vous avez tenus dans divers médias, je souhaite avoir une explication avec vous. Je vous convoque donc dans mon bureau le [date] à [heure]. Cordialement, Renaud Payre ». C’est un message du directeur que les étudiant·e·s de Sciences Po Lyon peuvent apparemment recevoir si elles et ils répondent à la presse.

 

 

Extrait du règlement intérieur de l’IEP de Lyon, approuvé par le Conseil d’administration le 16 juin 2017, titre IV, article 48 : « La liberté d’information, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, et plus généralement, l’ensemble des libertés et droits fondamentaux sont garantis au sein de Sciences Po Lyon ». Oui, mais…

Ces dernières semaines, des bruits ont circulé sur la convocation d’étudiant·e·s par M. Payre par rapport à des propos tenus dans la presse. Après une revue de presse sur les potentiels contenus concernés, il apparaît évident qu’aucun d’entre eux ne contient un délit d’expression. Pas une trace de diffamation, d’injure, de mensonge, ni d’incitation à la haine. Difficile aussi de prétendre qu’ils « [troublent] l’ordre public et [portent] atteinte aux activités d’enseignement, de recherche et d’administration conduites en son sein » (règlement intérieur, article 48). Mais alors, pourquoi diable y aurait-il une convocation ?

Interrogé par mail sur ces rumeurs, le responsable de la communication de l’IEP Olivier Guillemain nous a confirmé l’information, répondant que « la convocation de ces élèves porte sur un sujet plus large ». Le message du directeur ne fait pourtant pas mention dudit « sujet plus large ». Quel est-il ? M. Guillemain, soulignant que « la réunion s’est très bien passée » et que « les échanges étaient très constructifs », nous suggère après la rencontre de demander aux étudiant·e·s en question.

Contacté·e·s par le BDM, ces dernier·e·s confirment ses dires, mais se disent contre la publication d’un article sur le sujet. Nous ne pouvons donc pas fournir plus de détails.

 

Rappels divers :

  • La liberté d’expression des membres de Sciences Po Lyon inclut le droit de critiquer la politique de l’école.
  • Même si aucune sanction formelle n’y fait suite, la convocation d’étudiant·e·s par un·e supérieur·e hiérarchique peut légalement être considérée comme une tentative d’intimidation.
  • « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions » (Déclaration universelle des droits humains, extrait de l’article 19).

 

Alexis DEMOMENT

%d blogueurs aiment cette page :